L’homme qui cherche à voir
in site remue-net 04-2011


signes-flottants
Alain Lestié 
Signes flottants

dessins récents autour du livre « L’homme-qui-cherchait-à-voir »
 texte d’Alain Freixe
Dessins d’Alain Lestié et texte d’Alain Freixe. 
livre et exposition
Alain Freixe
 L’homme-qui-cherchait-à-voir 
Éditions "La Diane Française", Nice, novembre 2010, 
incluant quatre gravures sur bois par Alain Lestié.


« J’aimerais être un air souterrain » dit PIERRE BEQUET. Son fait, ce n’est que pièces rapportées. Il arrive par les ruelles tortueuses. Depuis qu’il habite chez le vent, la femme fendue par l’air trouve une issue, ici.

CE VENT QUI DONNE ICI SES FORMES À LA LUMIÈRE

Ensemble, ils résistent au vent comme au temps. PIERRE BEQUET le fait avec les yeux ouverts. La femme le fait avec les yeux clos. Elle s’adonne à elle-même. Pourtant elle a le souci constant de ressembler à ce qui est ici autour d’elle. Elle est sans figure à force d’être habillée d’ombre. En elle se lève une vision.
Détails orographiques. Ici se place une remarque importante au sujet de la trouée qui permet les observations. Dans la direction de la vue et de la vision un point central désigne les rapports que les parties ont entre elles. 
La partie septentrionale de la mer accorde au point un fond très gris et très dense qui la sépare des rivages. 
Des traces de doigts sur le verre presque opaque d’un hublot témoignent de l’usure des signes.

COMMENT PRENDRE VUE SUR CE QUI NE SE VOIT PAS

En courant partout au travers d’un triangle PIERRE BEQUET cherche à voir le point. Il perçoit peu à peu les contreforts d’une lumière jusqu’au gribouillis qui rehausse le soleil levant. Une aura apparait sous l’effet d’un thyrse qui retire un à un les bâtonnets entremêlés d’un jeu noir de jonchets. Une fissure sur le revers d’une planche désigne l’horizon. C’est la limite de ce qu’on peut voir.
Un vent contraire égare une branche. Un faisceau de brindilles génère un halo dans un lieu suspendu. Le chemin décidément très long s’allonge sans cesse. En route PIERRE BEQUET pressent de l’autre côté un trou de lumière.

ÉTRANGE LUMIÈRE DE QUELQUES CHOSE QUI MANQUE 
ET QUI POURTANT EST PASSÉ

La femme s’allonge à la lisière d’une langue de sable. L’océan couvre sa nudité. L’après coup s’occupe du reste.
Comme la femme entrevoit que PIERRE BEQUET la voit en train de mettre au jour un soleil souterrain, elle dit :
« On t’appelle. »

issue,ici
Alain Lestié 
Issue, ici

Notes
Les phrases en grandes capitales grasses avec accent sont extraites du texte d’Alain Freixe dans le livre L’homme-qui-cherchait-à-voir, Éditions "La Diane Française", Nice, novembre 2010 ; incluant quatre gravures sur bois par Alain Lestié.
(De haut en bas de la chronique "béquet n°10" : pages 6, 7 et 8.)
Les mots en italiques sont des titres de dessins récents d’Alain Lestié autour de « L’homme-qui-cherchait-à-voir », texte d’Alain Freixe.
Seul le titre "Les Yeux clos" renvoie à une peinture d’Odilon Redon en écho à l’exposition actuelle consacrée au dessinateur, graveur et peintre dans les Galeries nationales du Grand Palais et en connivence avec le texte éponyme de Claude Louis-Combet : Les Yeux clos, Deyrolle éditeur, 1991. Frontispice d’Odilon Redon. 




Catherine Pomparat - 12 avril 2011

                                             


retour textes
retour entrée